Les Mercredis de Saint Buc

Après plus de 25 années de fonctionnement, les Mercredis de Saint Buc sont devenus « le rendez-vous » hebdomadaire des passionnés de culture et de musique.

En effet, du 1er juillet au 31 août, la chapelle Saint Buc vous propose en alternance tous les mercredis, à partir de 20h30, des concerts et des conférences de très grande qualité. Et la réputation de ces soirées a fini par dépasser les frontières… non seulement celles de la Bretagne mais aussi celles du pays puisque, depuis déjà 5 ans nous pouvons vous proposer, entre autres, un concert annuel donné par de jeunes et exceptionnels talents américains, en session à Langrollay durant l’été ! De même, nous vous proposons des conférences sur des sujets les plus divers, données par de grands spécialistes en leurs domaines, professeurs d’université, journalistes, chercheurs, scientifiques…

Mercredi 18 juillet 2018 : 20h30

L’influence d’AVICENNE (980-1037) et de la renaissance islamique dans le monde occidental, du XIème siècle à nos jours
Marc Bonnel

Avicenne est aujourd’hui plus connu par la philosophie que par la médecine. Il fut le premier théologien au monde à tenter de concilier la raison grecque et la révélation coranique, les apports de la philosophie hellénistique et la théologie musulmane.
Les travaux de Gilson ont établi la postérité de la pensée d’Avicenne dans « l’augustinisme avicennisant ». En terre d’Islam, tout particulièrement dans le monde iranien, l’enseignement d’Avicenne, vivace aujourd’hui encore, a nourri les œuvres de penseurs majeurs, tel Sohravardî au XIIème siècle. Plus tard St Thomas d’Aquin sera directement influencé par la pensée d’Avicenne qui a vécu sous le règne de la dynastie samanide.
La Renaissance samanide est l’histoire d’une collaboration fructueuse entre le pouvoir et le savoir, à travers le mécénat, l’éclosion de générations d’hommes remarquables qui s’appuient sur un legs passé et pluriculturel pour faire avancer toutes les sciences.

Le docteur Marc Bonnel est président fondateur de l’association Histoire et Patrimoine du Pays de Dinard / Rance / Emeraude. Président de l’association Avicenne-France, il est aussi le spécialiste de la vie du philosophe iranien Avicenne (980-1037).


 

Mercredi 8 août 2018 : 20h30

Les origines de l’hermine
Laurent Hablot

En 1316, le duc Jean III abandonne les armoiries de sa famille, les Dreux-Bretagne, et adopte un nouvel emblème, un écu d’hermine plain – blanc semé de queues d’hermine noires – que tout le monde connaît aujourd’hui. Ce choix, symboliquement très valorisant, correspond bien à la réalité du pouvoir des ducs et à la dignité à laquelle il prétendent. Il est aussi en partie motivé par les créations héraldiques imaginées pour la vicomté de Limoges dont les ducs de Bretagne sont titulaires. Mais la crise de succession ouverte à la mort de Jean III en 1341 fait de cet emblème un enjeu majeur dans la rivalité entre les Blois-Penthièvre et les Montfort. A l’issue de sa victoire d’Auray en 1364, l’hermine deviendra un des principaux outils de communication politique du duc Jean IV.
Successeur de Michel Pastoureau, Laurent Hablot est directeur d’études à la IVe section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Titulaire de la chaire d’emblématique occidentale, il consacre ses recherches aux signes d’identité dans la société médiévale et moderne.


 

Mercredi 22 août 2018 : 20h30

Nous, chrétiens face à la finance
Antoine de Salins

La finance a pris une place considérable dans le développement économique ces 25 dernières années. Elle influe sur le comportement des entreprises, des individus et des Etats, comme l’ont montré de manière éclatante les deux crises majeures que nous avons traversées dans les années 2000. La doctrine sociale de l’Eglise a toujours pris quelques distances vis à vis du  »monde de l’argent » : le Pape François encore récemment de manière particulièrement forte. Nous sommes tous confrontés aux enjeux de la finance moderne : les chrétiens ont-ils un témoignage particulier à apporter ? C’est le débat que nous lancerons avec l’aide de notre invité.

Antoine de Salins est administrateur du Fonds de Pension de la Cité du Vatican, Membre du comité d’investissement du fonds de dotation du Musée du Louvre et Trésorier de l’Adie (Association pour le développement de l’initiative économique) qui est la principale institution de microfinance pour les exclus sociaux en Europe.


 

Mercredi 29 août 2018 : 20h30

L’Enjeu des nouvelles routes de la soie et le grand jeu autour d’elles…
René Cagnat

Saint-Cyrien, chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, René Cagnat a derrière lui une longue carrière d’officier d’active (chasseur alpin), puis axée sur le renseignement opérationnel et enfin sur la réflexion géostratégique. Attaché militaire adjoint en URSS dès 1970, il découvre l’Asie cen-trale pour laquelle il se prend de passion. Affecté de 1975 à 1979 au bureau « économie des pays de l’Est » du Secrétariat Général de la défense nationale (SGDN), il représente la France à certaines réunions du Comité économique de l’OTAN. Maîtrise de russe, doctorat de 3ème cycle de l’IEP Paris (consacré au conflit sino-soviétique) il est breveté technique de l’Ecole supérieure de guerre. Il part pour la Bulgarie en 1985 en tant qu’attaché de défense et pour la Roumanie en 1990 avec la même fonction. En 1994, il réalise son rêve en devenant attaché de défense en Ouzbékistan et au Kyrgyzstan.
Devenu civil, chercheur associé à l’IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques) René Cagnat a pu se livrer sans retenue à sa passion : l’exploration de l’Asie centrale métamorphosée en terra incognita après 70 ans de régime soviétique. Il en est résulté La rumeur des steppes (Payot). Attiré d’abord par les déserts (Karakoum, Oustiourt, Kyzylkoum), il s’est ensuite orienté plus particulièrement vers les montagnes de la région : monts Célestes, Altaï et enfin Pamir qu’il étudie actuellement.
René Cagnat, qui réside la moitié de l’année à Bichkek au Kyrgyzstan, est l’auteur de très nombreux ouvrages sur l’Asie.

Mercredi 11 juillet 2018 : 20h30

Le violon de Jacob Ashworth

Jacob Ashworth achève un doctorat de violon à Yale, après avoir étudié le violon baroque. Parallèlement, il fonde un groupe qui se spécialise dans la musique des 20e et 21e siècles.
Il nous propose successivement pour cette soirée : la partita No 1 de Bach en Si min (I-II) ; Kurtag de « Signs, Games, and Messages », hommage à J-S Bach ; Sciarrino No 2 – Andante, de sei capricci ; Kander solo sonata ; Sciarrino No 6 – Con brio, de sei capricci ; Kurtag, de “Signs, Games, and Messages », The Carenza Jig ; Bach, partita No 1 en Si min (III-IV).

* Jacob Ashworth


Mercredi 25 juillet 2018 : 20h30

Concert lyrique : mélodies, airs d’opéras et opérettes.

Vivaldi, Mozart, Schubert, Verdi, Offenbach, Strauss, Bizet…

Christine Chancerel : soprano
Alain Rouxel : baryton
Robert Catania : ténor
Françoise Sohier : piano

Leurs vies artistiques se croisent l’été pour quelques concerts.
Robert  CATANIA a fait toute sa carrière de ténor à l’opéra Bastille. Alain ROUXEL participe toute l’année à de nombreuses productions, opérettes, concerts classiques. Christine CHANCEREL professeur et artiste fait partie d’un ensemble vocal baroque et, comme Francoise SOHIER, professeur, elles transmettent leur savoir musical aux nouvelles générations.
Le concert comporte des soli, duos et trios.


Mercredi 1 août 2018 : 20h30

Les suites pour violoncelle, ou la « bible des violoncellistes »

Aldo Ripoche

Aldo Ripoche débute le violoncelle à l’âge de 9 ans avec son père Jacques Ripoche. Cinq ans plus tard il entre au CNSM de Paris. Il obtient les prix de violoncelle et de musique de chambre.
Lauréat du concours Jeunes Talents de l’Ouest, finaliste du concours Jeunes Solistes de TF1 et premier prix du Forum International des Jeunes Interprètes, il enseigne le violoncelle depuis 1988 au Conservatoire de Saint-Malo.
Depuis plus de quinze ans il explore aussi le répertoire traditionnel breton en compagnie du chanteur Yann-Fanch Kemener. Ensemble ils se sont produits dans les plus grandes salles de nombreux pays. Leur discographie a reçu les plus prestigieuses récompenses (Grand prix de l’Académie Charles Cros, Choc du monde de la musique, Bravo de Trad-Magazine…).

* Aldo Ripoche


Mercredi 15 août 2018 : 20h30

Clarisse Lavanant : une voix, un univers, entre héritage et transmission…

Récompensée pour ses talents d’Auteur-Compositeur-Interprète par les Trophées Radio France, cette jeune femme originaire de Morlaix a aussi été distinguée par la prestigieuse Académie Charles Cros pour ses vibrantes interprétations du charismatique barde Glenmor.
Après 8 albums enregistrés elle a sorti en mai 2017 un premier album en commun avec Dan Ar Braz intitulé « Harmonie ». Ce disque a reçu le 15ème Grand Prix du Disque du Télégramme décerné par le public Sur scène, elle présente un spectacle qui mêle chansons de Glenmor et répertoire personnel et qui allie humour et émotion dans un vrai moment de communion avec le public.
A noter qu’elle fait partie de l’album collectif « Breizh eo ma bro » en hommage à la Bretagne produit par Sony Music. Elle chantera au Festival de Cornouaille à Quimper en 2018.
Cette année célébrera aussi les 10 ans de sa « Ronde des Chapelles ».

* Clarisse Lavanant